Respire – Valhere

Je marche en équilibre,
Sur des lignes électriques,
Regarde la ville tout en bas,

Mesure le goût de mes risques
Sans quoi plus rien n’existe
Tu pleures toujours à cause de moi
J’mets de l’apnée sur la ville là-dessous
Debout sur la pointe des piedsRespire, respire, respire
Attends, pour moi.

Tu contrôles ma déraison
Mais ne peux rien faire,
Ma maison, ma prison, ça m’indiffère,
J’mets comme des missions tout au bout de mes pistes,
J’fais des listes, de mes questions
J’mets des effets sur vos vies là-dessous,
Des sous dans vos porte-monnaie,

Respire, respire, respire,
Attends, pour moi.

Je marche en équilibre,
Et des fils romantiques,
Pour toi, rien que pour toi, tout en bas
Mesure le gout de mes risques,
Sans toi, moi, je n’existe pas
Je pleurs toujours à cause de toi

J’mets de l’apnée sur la vie là-dessous
Debout il me semble tomber

Respire, respire, respire,
Attends… respire…
Attends,
Pour moi.

Alda Merini – Après tout même toi

Après tout même toi
que je devrais sentir ennemi
et que je pardonne.
Tu es seulement un homme
qui essaie de comprendre
et de ne comprendre personne.
Ta générosité
est aussi fausse que la mienne.
Aucun de nous
n’est assez bon
pour faire sortir
les miracles des vers.
Aucun de nous
n’est assez pur
pour les oublier
à jamais.

Alda Merini (1931-2009)Après tout même toi/Dopo tutto anche tu (Oxybia Ėditions, 2009) – Traduit de l’italien par Patricia Dao.

Merci à Beauty will save the world

Daniel Biga – Va

Va

paupières closes
savourant une barque pourpre

éclats d’or sur le bleu marin
l’éternité   est ce qui dure le moins

tant que je pourrai marcher je marcherai
vers le cabanon dans les collines

finda la maïoun d’oun eravan tan ben

Daniel Biga – Stations du chemin – Poésie 1983-1987