Démographie dignoise

Quelques éléments de démographie dignoise.

Source : La provence

[…]464 naissances ont été enregistrées sur l’année 2012, soit un petit peu moins que l’an dernier, où l’on en comptait 476[…]

[…]448 bébés sont nés en 2012 à la maternité de Digne et seulement 136 d’entre eux sont domiciliés sur la ville chef-lieu Digne contre 143 l’an dernier.[…]

[…]Les décès, le service de l’état civil en a enregistré 282 pour 2012, soit 13 de moins que l’année précédente[…].

Quant aux mariages, ils sont encore moins nombreux en 2012 qu’en 2011 et presque en chute libre avec seulement 42 cérémonies, soit 15 de moins[…]

Ma ville se meurt…

J’aime Digne. Je suis revenu travailler ici après 17 années à droite à gauche, et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé ma ville. Depuis 99, nous maintenons 12 emplois sur Digne.

Aujourd’hui je me questionne.

La ville vit de 60% d’emploi administratif. C’est un atout dans ces temps de crise. Mais cet emploi est en pleine régression, en raison de la restructuration administrative. Ce n’est pas critiquable : cette restructuration est nécessaire et rationnelle. Mais une forte culture administrative laisse peu de place à l’initiative économique. Ici, comme dans le reste du département, aucun contre-pouvoir au politique, à l’administration.

Les conséquences de cette structure économique sont multiples :

  • Aucune culture économique. Nos élus, les fonctionnaires territoriaux, ont peu ou pas de culture économique.
  • Une position de repli, de défense de l’emploi administratif, plutôt qu’une dynamique de progrès et d’avenir,
  • Une réaction molle, plus souvent dans la contestation, que dans l’envie de créer ou de faire,
  • Pas de solidarité entre les acteurs économiques et les acteurs territoriaux. Pas de communication, pas de terroir économique.,
  • Aucune consultation des acteurs économiques dans les décisions d’aménagement ou les mises en place de programmes de développement,
  • Une méfiance vis à vis de toute initiative privée ; une angoisse de la perte de contrôle,
  • Le sentiment diffus que demain sera comme hier, et comme il y a dix ans ou vingt ans, que Digne est à l’abri des soubresauts du monde.

Digne et son inertie, Digne et son indolence, Digne et son inconséquence, Digne et son incompétence sont regardés avec étonnement, amusement, ironie par les acteurs territoriaux environnants. Et pendant ce temps, certains se mettent sur les rangs pour récupérer les miettes : abattoir, hôpital, CCI, formations en apprentissage… accentuant la décadence de la ville préfecture. Je ne peux pas leur reprocher ; chacun se bat avec ses armes. Les temps sont durs, partout, mais dans une ville qui ne réagit pas, c’est encore plus difficile.

Le but de cet article n’est pas de rentrer dans la petite histoire, l’anecdote et la discussion sur le bout de gras.

Digne ne survivra pas à une nouvelle période de gestion comme celle que nous traversons. Lorsque j’entends que des listes sont en train de se former avec des personnes qui sont actuellement en responsabilité, je crains le pire.

Il est temps que les bonnes volontés se rassemblent autour d’un objectif unique : le renouveau de la ville, qui doit avant tout se décliner sous l’angle de l’économie et de la culture.

Demain ne sera pas comme hier, il sera meilleur ou bien pire.

Rapport de la cour des comptes 2009

Lecture intéressante que celle du Rapport de la cour des comptes sur les effectifs de l’état de 1980 à 2008. Une Version synthétique bien que assez largement inutile du rapport est disponible. Elle résume le rapport en quelques pages, mais j’avoue que la lecture complète du rapport est très intéressante. Beaucoup d’informations et de constats, beaucoup de chiffres à ingérer.

La question à l’issue de ce genre de rapport, posée en termes simple, sur laquelle le rapport donne quelques éléments d’information mais pas tous loin de là.

Les effectifs de l’état ont cru de 36% là où la population française a augmenté de 18%. Comment se fait il que le sentiment partagé soit un service rendu au public de moins bonne qualité qu’en 1980 ?

De l’enclavement de Digne les Bains

Suite à l’article sur le site de Gérard Demeester concernant l’enclavement de Digne les Bains, quelques réflexions libres et sans prétentions.

Le temps de parcours de Digne à Aubignosc ou à Peyruis, les deux entrées d’autoroute les plus proches, est de 30 minutes. Le temps de parcours de Gap à l’entrée de l’autoroute est de 20 minutes ; le temps de parcours de Manosque à l’entrée de l’autoroute est de 13 minutes, sans embouteillages ce qui n’arrive jamais. Conclusion : la perte de temps est actuellement de l’ordre de 10 minutes par rapport à Gap, temps qui pourrait très largement être regagné par quelques aménagements locaux (contournement de Mallemoisson par exemple).

Le graphe ci-dessous est un essai rapide et sans prétention de représentation des zones urbaines accessibles depuis Digne, Manosque et Gap. Les zones de Nice, Marseille, Toulon, Avignon, Grenoble, Lyon ont été prises en compte. Il en ressort que si Manosque est bien positionné, une ville comme Gap est moins favorisée que Digne. En abcisse on trouve la durée (1 = 1h, 1,5 = 1h30 de route) et en ordonnée la taille de la population accessible, en milliers d’habitants.

En clair : pour deux heures de route, les villes de Digne, Gap et Manosque ont accès à des zones urbaines quasi équivalentes, avec un avantage certain pour Manosque.

Le mise en oeuvre du rail, si elle est louable sur le principe, me paraît complètement inadaptée aux enjeux locaux. Elle apporte un plus certain aux travailleurs qui quotidiennement viennent travailler à Digne, mais certainement pas le début de commencement d’une solution pour le développement de Digne.

La mise en place d’une politique économique pour le territoire est aujourd’hui la priorité, sauf à accepter sa déchéance à moyen terme. Je n’en vois ni la volonté, ni même la conscience. Les discours fleurissent, les mots sur les tracts de campagne, mais quelle est la réalité ? Exprimer la volonté de développer le territoire ne suffit pas à rendre ce développement réel.

En tant qu’acteur économique sur ce territoire, nous n’avons été ni approchés, ni consultés. Sans exagérer l’importance d’une entreprise comme XSALTO, 12 salariés sur le secteur des services aux entreprises, cela me paraît non négligeable. Il serait très intéressant de voir de quelle manière il serait possible de créer un pôle de compétences orienté sur les logiciels libres par exemple. Des projets sont possibles. Se baser sur les femmes et les hommes qui agissent sur ce territoire serait un point de départ.

Perte du A

Contrairement à ce que nous entendons, les notes attribuées par les agences ne sanctionnent pas la dette publique, mais un manque de vision global des defis et des enjeux. Comment ne pas leur donner raison ? Les phrases telles que « Nous estimons également que l’accord est fondé uniquement sur une compréhension partielle des causes de la crise, selon laquelle la crise financière actuelle découlerait principalement de la prodigalité budgétaire [des nations] de la périphérie de la zone euro. » sont rélévatrices. Arrêtons de mettre la crise sur le dos des agences de notation.

Lorsque j’entends que la notation doit être confiée à des agences d’état ou européenne… C’est pour le coup que nous pouvons avoir le nombre de HA que nous voulons. Confions donc la notation à des agences à la botte des pouvoirs politiques et tout ira bien bien. Pourquoi suis je encore moins convaincu de la transparence….

Communiqué S&P du 13 janvier 2012 – extraits

L’abaissement [de la note française] reflète notre opinion quant à l’impact de l’aggravation des problèmes politiques, financiers et monétaires dans la zone euro.

Les résultats du sommet de l’UE du 9 décembre 2011, et les déclarations ultérieures de la part des responsables, nous amènent à penser que l’accord conclu n’a pas produit une avancée de portée et d’ampleur suffisante pour traiter entièrement les problèmes financiers de la zone euro.

À notre avis, cet accord politique ne procure pas suffisamment de ressources supplémentaires ou de souplesse opérationnelle qui permettraient de renforcer les opérations de sauvetage européennes, et d’accroître suffisamment le soutien aux Etats de la zone euro qui sont soumis à des pressions plus fortes des marchés.

Nous estimons également que l’accord est fondé uniquement sur une compréhension partielle des causes de la crise, selon laquelle la crise financière actuelle découlerait principalement de la prodigalité budgétaire [des nations] de la périphérie de la zone euro.

Cependant, à notre avis, les problèmes financiers auxquels fait face la zone euro sont autant une conséquence de déséquilibres extérieurs croissants, et de divergences de compétitivité entre le noyau de la zone euro et ce qu’on appelle la « périphérie ».

Dans cette mesure, nous pensons qu’un processus de réforme reposant seulement sur le pilier de l’austérité budgétaire risque de devenir auto-destructeur, avec une demande intérieure déclinant parallèlement à la montée des inquiétudes des consommateurs au sujet de la sécurité de l’emploi et du revenu disponible, érodant ainsi les recettes fiscales des nations.

En conséquence, en accord avec nos critères publics d’évaluation des Etats, nous avons révisé à la baisse la note politique que nous attribuons à la France. Ceci reflète notre point de vue sur l’efficacité, la stabilité et la prévisibilité de la politique de l’Europe et de ses institutions politiques (avec laquelle la France est étroitement intégrée) qui n’ont pas été aussi forte que ce que nous pensons nécessaire face à la la gravité de ce que nous voyons comme une crise financière de l’eurozone qui s’étend et s’approfondit .

Les notes attribuées à la France continuent de refléter notre point de vue sur son économie prospère, vigoureuse et riches et diversifiée, et sa main-d’œuvre hautement qualifiée et productive.

Nous jugeons que ces forces sont partiellement contrebalancées par un niveau relativement élevé de dette publique en France, ainsi que ses rigidités du marché du travail.

Nous prenons note que le gouvernement s’attaque à ces deux questions par une stratégie de consolidation de son budget et des réformes structurelles.

L’Agence régionale de santé refuse de maintenir l’hôpital de Digne sous perfusion

Le déficit de l’hôpital de Digne-les-Bains continue de se creuser. Pour stopper l’hémorragie, l’Agence régionale de santé a demandé qu’un audit soit réalisé sur « l’équilibre financier et la salubrité comptable » de l’établissement. Les résultats seront connus en avril 2012 et « établiront les leviers d’actions pour améliorer l’activité et obtenir des résultats », explique Valérie Bourgeois pour l’ARS. Mais, devançant l’échéance, le directeur de l’hôpital Frédéric Rigal a fait savoir dans une note d’information qu’ « une importante restructuration de la Médecine Chrirurgie Obstétrique (MCO) sera entreprise d’ici la fin de l’année », détaille le Dauphiné Libéré (édition des Alpes du Sud datée de ce jeudi).

Article du Dauphiné Libéré, le 19/10/2011

Le désenclavement et la communauté d’agglo

Petit résumé d’une interview sur Alpes 1, qui résume, dans la bouche même du maire de Digne, le manque d’attractivité de la ville.

Le désenclavement de Digne-les-Bains abordé le 10 novembre prochain

16 sept 2011

Alpes de Haute-Provence – Serge Gloaguen affirme toujours son soutien à François Hollande, après le débat de ce vendredi des Primaires Socialistes. Autre remarque du maire de Digne les Bains, qui était l’invité de la rédaction d’Alpes 1 ce vendredi, « ce qui ressort de ce débat, c’est le souci budgétaire de la France ». D’ailleurs, concernant le Parti Socialiste, Serge Gloaguen « n’éprouve pas du tout le besoin de le réintégrer ». Pour rappel, l’élu en avait été exclu après les dernières élections municipales, où il s’était présenté face au candidat choisi par la gauche. « Je reste de la famille de gauche, mais je suis un homme libre et indépendant », nous a-t-il confié.Le maire est également revenu sur le désenclavement de la ville, et notamment sur l’aménagement de la nationale 85. Une réunion avec la DREAL, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, devrait avoir lieu le 10 novembre prochain en préfecture pour présenter l’avancée des études sur les trois schémas présentés : déviation à deux voies avec créneaux de dépassement, 2 fois 2 voies avec carrefours giratoires, et 2 fois 2 voies autoroutières.
Concernant l’intercommunalité, l’avis des communes vient d’arriver. Pour rappel, deux communautés d’agglomération vont être créées dans le 04 : la communauté d’agglomération dignoise et la communauté d’agglomération manosquine. « Pour le pôle dignois, sur les 38 communes concernées, 32 avis sont revenus négatifs. Mais ils n’opposent pas, pour la plupart, une fin de non recevoir », a précisé le maire Serge Gloaguen.

Enfin, l’hôtel de police ne sera pas construit dès 2012 à Digne les Bains. « C’est mal engagé pour la pose d’une première pierre. Mais il y aurait une opportunité sur un plan B », a conclu Serge Gloaguen.

Accessibilité quand tu nous tiens

Séjour aux urgences avec ma petite Juliette pour un bête petit problème d’ongle incarné. En lisant l’intégralité des affiches pendant les 4 heures où j’ai attendu, j’ai remarqué une très belle affiche à l’attention des patients et accompagnants. Cette affiche, manifestement imprimée sur une petite imprimante est fièrement affublée d’un titre en rouge sur fond Vert.

Le titre vibrait (visuellement) et il est illisible. Je me suis alors rappelé que d’ici 2015, l’ensemble des services publics doivent respecter la loi sur l’accessibilité. Cela concerne les sites internet (mon job) qui doivent respecter les normes accessiweb (ou assimilé), mais aussi l’accès aux équipements, bref tout ce qui peut constituer une entrave à l’usage des services publics par des personnes souffrant de déficiences : visuelles, cognitives, motrices, etc.

Le diable gît dans les détails : un utilisateur du service des urgences souffrant d’une déficience visuelle, même légère, ne pourrait pas lire ce document, et ceci pour un bête problème de couleur. Avant d’investir des millions d’euros dans des programmes coûteux, une simple sensibibilisation des salariés des services publics serait vraiment une nécessité.

La Communauté d’agglomération de Digne les Bains

La préfète des Alpes de Haute Provence a proposé le nouveau plan : une communauté d’agglomération de Digne les Bains, dont le nombre d’habitants devra être au moins de 30000 pour être conforme à la loi. Est ce que cette décision peut nous sauver du désert d’initiative dans lequel nous nous trouvons…

Par ailleurs, la Mairie de Digne les Bains vient d’embaucher un webmaster dont le rôle sera de refaire le site Internet sous wordpress et de déplacer l’hébergement vers du low-cost. Il est par ailleurs graphiste, photographe. Beaucoup de travail en perspective pour cet homme couteau suisse. A suivre…