Le Lac d'Allos avant la neige

Le lac d’Allos est un lac perché à 2 220 m d’altitude dans le parc national du Mercantour, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Dominé par le mont Pelat (3 052 mètres), il est le plus grand lac naturel d’altitude en Europe. Il s’étend sur 60 ha et a une profondeur atteignant 50 m. Au XIIe siècle, il est appelé Levedone1.
Wikipedia

Fils de Gérakina

Je n’ai pas trouvé de traduction de cette chanson de Vassilis Tsitsanis. Pour avoir une très mauvaise traduction qui donne tout de même l’essence du texte, Vous pouvez copier coller les paroles ci-dessous dans le traducteur de google.

Της γερακίνας γιος

Γλυκερία

Ουτε στρώμα να πλαγιάσω
ούτε φώς για να διαβάσω
το γλυκό σου γράμμα ωχ μανούλα μου
Καλοκαίρι κι είναι κρύο
ένα μέτρο επί δύο
είναι το κελί μου ωχ μανούλα
Μα εγώ δεν ζώ γονατιστός
είμαι τις γερακίνας γιός
είμαι τις γερακίνας γιός
Τι κι αν μ’ανοιγουνε πληγές
εγώ αντέχω τις φωτιές
εγώ αντέχω τις φωτιές
Μάνα μη λυπάσαι μάνα μη με κλαίς
Ένα ρούχο ματωμένο
στρώνω για να ξαποσταίνω
στο υγρο τσιμέντο ωχ μανούλα μου
Στο κελί το διπλανό μου
φεραν κι άλλον αδερφό μου
πόσα θα τραβήξει ωχ μανούλα μου
Μα εγώ δεν ζώ γονατιστός
είμαι τις γερακίνας γιός
είμαι τις γερακίνας γιός
Τι κι αν μ’ανοιγουνε πληγές
εγώ αντέχω τις φωτιές
εγώ αντέχω τις φωτιές
Μάνα μη λυπάσαι μάνα μη με κλαίς

Un blog en passant

En passant, un blog que le lis régulièrement avec plaisir. Ils ne sont pas si nombreux, car devant l’afflux d’informations un tri naturel se fait.

Les Mains Noires

L’idée de ce blog est de contribuer avec ses modestes moyens à la préservation du patrimoine musical. On peut ainsi y trouver des enregistrements musicaux de divers pays, et en particulier d’Afrique de l’Ouest, qui auraient disparu avec la caducité du vynil. Beaucoup de musique directement téléchargeable sur le site, gratuitement. Prenez le temps, parcourez le blog et écoutez les enregistrements perdus…

Les arènes de Nîmes

L’AMPHITHÉÂTRE

Quatre heures vont sonner ;  à travers le ciel bleu
Le soleil fait couler un déluge de feu
Sur les gradins dorés d’une antique ordonnance.
Dans l’atmosphère flotte une rumeur immense :
Les essaims bourdonnants, pêle-mêle établis,
Recouvrent tous les blocs, se glissent dans les plis
Du vieil amphithéâtre incrusté de chair vive,
Énorme grappe humaine à l’âme sensitive.
Les éventails légers dansent au bout des doigts,
Mille ombrelles en fleurs palpitent à la fois.
En haut, les tard venus ont mis une couronne
Sur ce panorama vivant qui papillonne
Depuis le podium jusqu’au dernier gradin.
Les lazzis, pour tromper l’attente, vont leur train:
« Qui n’a pas, dit la voix qui sort du vomitoire,
» Son petit vent du Nord?» ou «Qui désire à boire ?»
Dès l’abord, dans ce cadre auguste, original,
Le spectacle  apparaît épique et non brutal,
Jeu d’un peuple poli, non d’un peuple barbare.
Que sera donc celui qui tantôt se prépare ?
Du monument romain aura-t-il la grandeur ?
Essayons d’écouter de près battre le cœur
De cette foule en liesse et voyons si son âme
Est digne qu’on l’admire ou digne qu’on la blâme.

Emile Reinaud – 1906

Voyage à Valberg

Paysage somptueux, brouillard et neige mêlés au soleil et aux couleurs du printemps. Je roule doucement vers Valberg. Doucement parce que cette route entre Digne et Valberg est féérique et que je n’en veux rien rater. Chaque virage déroule de nouveaux paysages.
Paysages de beauté, abandonnée par l’homme, qui y a séjourné si longtemps et durement.
Arrivée à Valberg sur un lit de neige. Images de carte postale.
Rendez vous à l’office du tourisme, puis à la station. Et repartir toujours sous un temps changeant.