Les traces

20121202_090023-v1

Dans ce pays, sur ce haut plateau, comme partout, des hommes ont vécu sont morts. Ils ont, comme nous, travaillé, aimé, souffert, joué, parlé, chanté, enfanté et donné le plus intense de leur vie à cette terre. Leurs traces sont bien visibles : champs, ruines, maisons, chemins, mûrs, arbres, vestiges d’instruments agricoles, bornes, églises. J’aime à marcher en imaginant ces générations qui ont foulé les mêmes chemins, qui les ont travaillés.

On se retrouvait de temps en temps, à l’église, à l’école, chez l’un chez l’autre, et au marché bien sûr. A Digne, ville de marché, entre autres, mais aussi de tribunal. Digne niché à la limite entre Provence et montagne. Digne à l’abris des vents dans son écrin de collines, Digne confluent de trois rivières drainant avec gourmandise les eaux des montagnes environnantes.
Labourer

Une réflexion sur “Les traces

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s