Yannis Ritsos – Les choses élémentaires

Maladroitement, avec une grosse aiguille, avec un fil épais,
il coud les boutons de sa veste. Il parle tout seul :

As-tu mangé ton pain ? As-tu bien dormi ?
As-tu pu parler ? Tendre la main ?
As-tu pensé à regarder par la fenêtre ?
As-tu souri quand on a frappé à la porte ?

Si la mort est là, toujours, elle vient en second.
La liberté est toujours première.

Yannis Ritsos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s