Antonia Pozzi – Cri

Ne pas avoir de Dieu
ne pas avoir de tombe
ne rien avoir de fixe
mais que des choses vives qui échappent
être sans passé
être sans futur
et s’aveugler dans le néant –
à l’aide –
pour la misère
qui n’a pas de fin –

Antonia Pozzi (Milan, Italie 1912–1938) – Mots (Parole, 1939) Peter Lang Editeur (2010) – Traduit de l’italien par Ettore Labbate – – Translated by A. Iacovoni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :