MAIS JE T’AIME – Grand Corps Malade & Camille Lellouche

Mais je t’aime

Camille Lellouche et Grand Corps Malade

Mais me raconte pas d’histoires
Tu sais bien, ce qui ne tourne pas rond
Chez moi, ne m’en demande pas trop
Tu sais bien, que les fêlures sont profondes
Sans moi, ne t’accroche pas si fort
Si tu doutes, ne t’accroche pas si fort
Si ça te coûte, ne me laisse pas te quitter
Alors que je suis sûre de moi
Je te donne tout ce que j’ai alors essaie de voir en moi queJe t’aime
Mais je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime, du plus fort que je peux
Je t’aime, et je fais de mon mieuxOn m’avait dit « Attends tu vas voir, l’amour c’est un grand feu »
Ça crépite, ça illumine, ça brille, ça réchauffe, ça pique les yeux
Ça envoie des centaines de lucioles tout là-haut, au firmament
Ça s’allume d’un coup et ça éclaire le monde et la ville différemment
Nous on a craqué l’allumette pour l’étincelle de nos débuts
On a alimenté ce foyer de tous nos excès, de nos abus
On s’est aimé plus que tout, seul au monde de notre bulle
Ces flammes nous ont rendus fous
On a oublié qu’au final, le feu ça brûleEt je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Oui, je t’aime
Je t’aime
Je t’aime, du plus fort que je peux
Je t’aime, et je fais de mon mieuxJe m’approche tout près de notre feu et je transpire d’amertume
Je vois danser ces flammes jaunes et bleues, et la passion qui se consume
Pourquoi lorsque l’amour est fort il nous rend vulnérables et fragiles
Je pense à nous et je vacille, pourquoi depuis rien n’est facile
Je t’aime en feu, je t’aime en or
Je t’aime soucieux, je t’aime trop fort
Je t’aime pour deux, je t’aime à tord
C’est périlleux, je t’aime encore
Alors c’est vrai ça me perfore
Je t’aime pesant, je t’aime bancale
Évidemment ça me dévore
Je sais tellement que je t’aime, malSi j’avance, avec toi
C’est que je me vois faire cette danse, dans tes bras
Des attentes, j’en ai pas
Tu me donnes tant d’amour, tant de force
Que je ne peux plus, me passer d’toi
Si mes mots te blessent, c’est pas de ta faute
Mes blessures sont d’hier
Il y a des jours plus durs que d’autres
Si mes mots te pèsent
J’y suis pour rien
J’y suis pour rien, rienMais, je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime
Je t’aime, du plus fort que je peux
Je t’aime (Tu m’aimes), et je fais de mon mieux (Tu fais de ton mieux)

Mais, je t’aime (je t’aime)

Paroliers : Camille Lellouche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *