Gribouiller

J’aime gribouiller, griffonner, faire des petits dessins. Ca m’aide à me concentrer. Alors j’ai acheté une tablette graphique pour voir ce que je pouvais faire avec. Dessiner sur une image par exemple. J’explore. Pas facile. Les repères ne sont pas les mêmes qu’habituellement avec une souris. Je ne suis pas très habile avec cette ergonomie. Donc je gribouille… purement et simplement.

Cliquez sur l’image pour voir le détail…

 

Avec le temps

Quelques interprétations de l’énorme chanson de Léo Ferré, « Avec le temps ». Je laisse le suspense entier sur celle que je préfère. On peut tout de même voir apparaître de grande catégories : les interprétations qui expriment le désespoir, la colère ou le futur meilleur. Toujours autant d’émotion.

Léo Ferré

Philippe Léotard

Zazie-Thiefaine

Patricia Kaas

Isabelle Boulay

Sapho (en arabe)

Catherine Lara

Jane Birkin

Noël est arrivé

Noël est arrivé. Des sentiments contradictoires en ce Noël 2011.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=A54AS1hKYNw]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=86QTvwlZlkw]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=FJWGuJlbZvA]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=1Xw4fZMurEg]

Pfff

Je viens de lire un dossier sur Digne les Bains dans Haute Provence Info. Ma foi…

Digne va mal. Constat partagé par 90% de la population je pense. Ou alors je ne connais pas ceux qui sont contents. C’est possible.

Marre du prétexte de l’enclavement. Etre à 20 minutes de l’autoroute est ce si terrible ?

Marre du prétexte de la réorganisation des services publics. Sans tout justifier, comment peut on s’opposer à une rationalisation et une adaptation des administrations et des services publics ?

Marre du prétexte de la crise économique… Quelle ville en France ou ailleurs n’en souffre pas ?

Pour que Digne sorte du trou qui devient gouffre, encore faudrait il le vouloir. Cette ville ne bouge pas. Elle glisse lentement vers la désertification. Pas d’actions significatives, pas de prise en compte du tissu économique, pas restauration de la solidarité, pas de solidarité économique. Positionner l’action sur la défense des administrations et des emplois publics directs et indirects n’est pas suffisante.

Pour que Digne sorte du trou, il faut une ambition et pas seulement un projet de désenclavement. Un projet de ville. Là peut être pourrons nous avoir le sourire dans la difficulté.

On entend « Je suis confiant » (Jean-Louis Bianco dans Haute Provence Info). Sur la base de quoi ? Je ne vois aucun élément qui me donne de la confiance. Au niveau de Digne c’est certain, et au niveau du département c’est pas mieux.

J’ai envie d’une ville douce. Je me fiche de la compétition ancestrale avec Manosque et Gap. J’ai envie d’une ville qui sache montrer qu’on peut vivre bien, dans un environnement préservé. J’ai envie d’une ville où les magasins ne ferment pas à 18h30. Où les rues pietonnes retrouvent leur gaité. Où ne vous accuse pas d’abuser quand vous demandez aux administrations départementales de travailler avec des acteurs locaux. J’ai envie d’une ville où l’économie existe et n’est pas considérée comme le grand satan.

Le projet Ville Douce

Digne peut avoir un projet axé sur l’humain.

Faire de Digne un lieu où la qualité de vie, l’absence de stress, la présence de la nature, l’esthétique globale de la vie sont des critères de décision d’implantation. Attirer ainsi des services tertiaires cadre sup ainsi que les populations de retraités ou de familles aisées. Associer le concept de ville Douce à l’efficacité du travail que cette « tranquillité » peut générer

  • Ville Douce pour les personnes agées : tout peut se faire à pied et la ville est conçue pour l’humain
  • Ville Douce pour les familles mono parentales : l’organisation est pensée pour rendre la vie « possible » à des familles qui ont du mal à trouver une organisation du temps
  • Ville Douce pour les activités salariées
  • Ville Douce pour la mise en relation : créer un contexte de mise en relation des professionnel, dans le but de créer des projets collectifs
  • Ville Douce pour les enfants
  • Ville Douce pour les étudiants : permettre la vie des étudiants sans voiture
  • Ville Douce pour le tourisme : pas d’infra couteuse, juste une douceur de vie, rando + thermalisme + …

Bon je suis un grand rêveur. Un grand naif.

Mais est ce que ce projet de Ville Douce implique le désenclavement ? Je ne sais pas. Il est peut être possible de mettre les millions d’euros nécessaires au désenclavement de la ville sur des actions plus efficaces.

En tous cas, donnez nous un projet, et on verra quelles actions sont nécessaires pour le développement de ce projet. Mais où est le projet ?

Pas de pôle dignois dans le schéma intercommunal du 04

Article de Alpes 1, je cite.
Alpes de Haute-Provence – Un schéma intercommunal sans communauté d’agglomération autour de Digne les Bains : voilà ce qu’ont voté ce lundi à la quasi unanimité les 40 élus de la CDCI, Commission Départementale de Coopération Intercommunale des Alpes de Haute-Provence.

En avril dernier, la préfète du département avait présenté un schéma de onze intercommunalités, au lieu des vingt-trois actuelles, dont deux pôles d’agglomération manosquin et dignois. Mais après 7 mois de débat, la CDCI a revu la carte. Et au final, a voté un schéma avec dix-neuf intercommunalités, dont le pôle manosquin, mais sans le pôle dignois. Les communautés de communes de Duyes Bléone et Haute-Bléone ont maintenu leur position et ont refusé toute fusion.

Mais la préfète des Alpes de Haute-Provence, Yvette Mathieu, pense qu’il faudrait venir à la création de cette communauté d’agglomération autour de Digne les Bains. « Il faut que ce pôle dignois se conforte, qu’il arrive aux 30 000 habitants pour avoir ce statut de communauté d’agglomération qui change la donne sur la nature des projets et des dotations. Il ne faut pas simplement avoir une communauté d’agglomération Val de Durance très dynamique et un vrai désert dans les Alpes de Haute- Provence », a-t-elle expliqué à la radio Alpes 1.

A noter que les élus ont toute l’année 2012 pour corriger ce schéma. Daniel Spagnou, député maire de Sisteron, s’est félicité dans un communiqué de l’adoption de ce nouveau schéma départemental. Selon lui, « C’est le résultat consensuel d’une longue et  fructueuse négociation ».

Passeport

Faire ou renouvelle un passeport. Opération simple. Je vais à la mairie qui gère cela et il y en a pour 3 semaines. On prend de la marge quand même.

Mairie du Chaffaut : « ha non, désormais, avec les nouveaux passeports, nous ne pouvons plus faire. Il faut vous adresser à la mairie d’une ville plus importante. Les préfectures ne traitent cela qu’en cas d’extrème urgence justifiée. Essayez la mairie de Digne ou de Chateau Arnoux. A Digne, vous n’aurez pas de rendez vous avant un mois à un mois et demi, et vous avez intéret à ne rien avoir oublié car sinon vous perdrez à nouveau un mois à un mois et demi. Essayez Chateau Arnoux. »

Les passeports sont électroniques. Tout va plus vite, et les processus humains sont… deshumanisés, de plus en plus complexes. Les procédures changent en permanence. Les circuits administratifs n’arrivent plus à suivre. Les zones désertées par les services publics souffrent de plus en plus. A l’aide.

Auprès de mon arbre

Balade dans ma colline. Digne est une ville douce. Aucun endroit de Digne n’est à plus de 200m de la montagne, de la nature. Par nature j’entends bien montagne sauvage ou colline, non domestiquée.

Peuplée d’arbre de différentes essences, elle est largement dominée par les chênes et les pins. Loin de l’image du grand chêne majestueux, la pluplart de ces arbres se battent pour vivre.

Tordu par la vie, ils se développent lentement, en gardant les stigmates de leur souffrance. Cela ne les arrête jamais. Si la vie est trop difficile, ils contournent les obstacles, économisent leurs efforts, essaient plus tard, différemment, plus haut, plus bas. Ils n’ont pas  de grand projet. Ils avancent jour après jour.

Aujourd’hui, les petits chênes profitent de la fin  de l’automne. Le soleil est fort dans le froid. Le ciel bleu et les couleurs intenses.

Les chênes gardent leurs feuilles mortes une grande partie de l’hiver, donnant à la montagne cet aspect chaud. Ils habillent les collines.

C’est la couleur de mon pays l’hiver.